En naviguant sur ce site vous acceptez que nous utilisions des cookies pour mesurer notre audience, vous proposer des fonctionnalités sociales, des contenus et publicités éventuellement personnalisés.

Les Consultations - Psychologue à Saint-Marcellin

Thérapie Individuelle

La première séance est un temps de rencontre. Elle me permet de cerner votre problématique. C'est également un moment ou vous pouvez me faire part de vos questions sur la psychothérapie ou autres thèmes. Cette rencontre se déroule sous forme d'un échange.
En fin de consultation, je vous indique si je pense pouvoir vous apporter de l'aide. Si besoin est, je vous réoriente vers un autre professionnel du secteur. Enfin, nous faisons le point sur votre souhait de vous engager dans la thérapie et nous déterminons le rythme des séances. Les psychologues se soumettent aux règles professionnelles définies par le Code de déontologie du Psychologue. Ce code pose le principe général des droits de la personne et la préservation de sa vie privée en garantissant notamment le secret professionnel.
 

Les motifs de consultation les plus fréquents :

Un évenement de vie marquant :
les crises et évenements de vie difficiles peuvent nous amener à avoir besoin d'un accompagnement. Ces évenements peuvent toucher à la sphère personnelle, familiale ou professionnelle. On peut prendre en exemple les deuils, ruptures affectives (séparation, divorce) ou l'irruption d'une maladie touchant un proche ou soi même.
Une période de déménagement, une évolution professionnelle, l'arrivée/départ d'un enfant au sein du foyer ou encore le passage à la retraite peuvent également représenter un facteur stressant venant bousculer notre équilibre.
 
Un trouble psychologique :
  • Dépression (sentiment de vide, de tristesse, perte de motivation, autodévalorisation)
  • Burn Out
  • Bipolarité : mon humeur oscille entre dépression et manie.
  •  Troubles anxieux :
                    - Anxiété généralisée : l'inquiétude et l'anxiété envahissent plusieurs secteurs de ma vie. Mes pensées sont faites de nombreuses anticipations des situations anxiogènes.
                    - Phobie (avion, ascenseur, etc..): ma peur est liée à une situation ou à un contexte précis.
                    - Attaque de panique : une crise d'angoisse qui se traduit par des sensations d'étouffement, des sueurs, des nausées, une peur de devenir fou ou de mourir. Le trouble panique peut parfois être associé à de l'agoraphobie.
                    - Phobie sociale : mon anxiété sociale est en lien avec les relations avec les autres.
  • Troubles alimentaires
  • Troubles du sommeil
  • Trouble obsessionnel compulsif (TOC)
  • Hypochondrie : mes préoccupations excessives sont centrées sur ma santé et la crainte d'avoir une maladie grave.
  • Dysmorphophobie : je ressens un sentiment d'imperfection physique omniprésent.
  • Douleurs (fybromyalgie, somatisation, acouphènes)
  • Perfectionnisme : mon niveau d'exigence envers moi-même est très élevé et peut être source de souffrance personnelle (en famille , dans mon couple) ou professionnelle (Burn-out).
  •  Procrastination : je remets au lendemain.
La répétition de scénarios de vie :
Nous pouvons avoir tendance à répéter certains choix de vie ou manières d'être en relation. Parfois ces répétitions sont source de souffrances et il devient important de pouvoir sortir de la répétition de ces schémas.
Une aide ponctuelle pour :
  • Une prise de décision
  • Une remise en question professionnelle
  • La gestion du stress pour la passation d'examen, concours
  • Gestion du stress et des émotions (émotivité, colère, impulsivité)
 

Et pour l’enfant et l’adolescent ?

  • Les enfants, parfois même très petits, peuvent renfermer des souffrances insoupçonnées. Ils ne traitent pas les informations, les événements de la même façon que les adultes et n’expriment pas leurs désarrois selon les mêmes modes. Les difficultés d’un enfant, si elles ne sont pas prisent en compte peuvent se cristalliser et les handicaper ensuite dans leur vie d’adulte. Il n’est donc jamais trop tôt pour s’en occuper.
 
  • La société et les modifications familiales ont eu un impact profond sur le développement de l’enfant. Emmener son enfant chez le psy n’est pas un échec parental. Les parents sont souvent trop impliqués affectivement pour pouvoir comprendre et aider leurs enfants dans leurs difficultés. Une aide peut être précieuse pour rétablir l’équilibre de l’enfant et de la famille La thérapie comportementale et cognitive se base plus sur le présent. Contrairement aux idées reçues, elle ne fait pas abstraction du passé et de l’environnement de l’enfant (bien au contraire) mais a une dimension plus pragmatique. Elle aide l’enfant à modifier son comportement en comprenant quelles sont les idées qui dysfonctionnent chez lui. Le thérapeute peut donner des exercices à faire et les parents sont impliqués dans la thérapie. Il s’agit d’aider l’enfant ou l’adolescent à mieux gérer ses pensées, se émotions et ses comportements. Si l’enfant est très petit, nous pouvons utiliser des médiateurs comme le jeu ou le dessin. Le jeu et les dessins peuvent donc constituer un intermédiaire pour installer l’alliance thérapeutique. De plus, les psychologues ne voient pas le jeu et les dessins de la même façon que les parents. Ils peuvent les interpréter et en tirer des informations précieuses pour la thérapie. Les bilans psychologiques sont également très utiles. Ils permettent à l’aide de différents tests de cerner plus précisément les difficultés de l’enfant et d’aider au diagnostic. Il arrive que les entretiens cliniques ne suffisent pas à déterminer la problématique d’une personne. Il est donc parfois nécessaire d’avoir recours à des tests afin d’avoir une vision plus objective et standardisée des comportements ou de la façon de penser, de voir les choses.
Types de difficultés prises en charge :
  • Troubles du comportement
  • Tristesse et repli sur soi
  • Divorce des parents
  • Jalousie au niveau de la fratrie
  • Idées obsessionnelles de l’enfant
  • Phobies
  • Difficultés scolaires

Thérapie de couple

La rencontre de difficultés, de turbulences au sein de la vie du couple fait partie de l'évolution et de la dynamique du couple.
La plus part du temps le couple arrive à faire face, à se réorganiser suite à ces turbulences.
Cependant, il arrive également que les membres du couple échouent dans cette tentative de réorganisation ou plus simplement par absence de communication ne s'attèle pas à cette tâche et laisse perdurer dans le temps et le silence une situation qui ne permet plus de s'épanouir...
 
Il n'est pas inintéressant de souligner que le délais moyen entre l'apparition de la difficulté conjugale et le premier contacte avec un psychothérapeute de couple s'élève à près de 6 ans.
Ce constat exprime en partie toute la difficulté de passer le pas du premier rendez-vous.
Est ce que nos problèmes nécessitent une aide extérieure? Mon conjoint sera-t-il d'accord ? Vers quel professionnel se diriger ? sont les questions que l'on se pose bien souvent.